New Photos

For all photos of Eric visit the photos page.

 

Eric Mcfadden is LAUNCH! Performance of the week

Eric McFadden – 'Ashes to Ashes'

Upcoming Shows: Alyeska Resort in Alaska, March 30 + 31 w/ J Mascis!

Eric will be playing shows over two crazy nights at the incredible Alyeska Resort in Girdwood, AK, along with J Mascis and The Fog.

After a long day of skiing, snowboarding, or just hanging out at the resort, head down to the Daylodge to catch J Mascis + The Fog (J Mascis, Kyle Spence, and Kevin Sweeney) with Eric opening the show.  Then Eric plays ANOTHER show during the afterparty at the Sitzmark Bar.  This awesome lineup happens BOTH nights!

Tickets:

For those of you that don’t know J Mascis, he’s the legendary guitarist and founder of Dinosaur Jr.  Read up on him on his website, and get excited for this really special set of shows!

Also take a look at the Alyeska Resort website to see all they have to offer.

See you in Alaska!

Eric joins the Zihuatanejo International Guitar Festival

actiontime … and vision – Eric McFADDEN – Hangin Moon |Session Jonctures

Eric McFadden : Did you hear his sound ?

Live report from the Papillon bleu “Nuit du blues”,
Roanne (France) 19/11/2011

…Une grande partie des spectateurs venue Samedi 19 Novembre assister à la Nuit du blues, auThéâtre de Roanne n’a pas du être déçue.
Au moins les spectateurs ont ils été certainement surpris par la différence des deux parties proposées, et de leur qualité intrinsèque.

D’un côté, une ouverture par le quatuor de Roland Tchakounté. (indiqué par erreur “Trio” sur la plaquette).


Ce grand et costaud camerounais affable et prolixe, au chant et à la guitare électro-acoustique, accompagné par contrebasse, guitare et batterie a su imposer un univers personnel emprunt de poésie, mais non dénué d’énergie. Ambiances africaines et blues finalement assez peu communes.

Le style du groupe s’étoffe la plupart du temps autour de mélodies plutôt world au départ, (Roland Tchakounté chante dans sa langue d’origine, le Bamiléké) mais épaulées par un jeu typique blues banc à la guitare Gibson solo, dans une dextérité et une finesse qui doivent énormément à Peter Green(Fleetwood Mac), autant dans ses notes cristallines que dans ses envolées puissantes à chaque fin de morceau.
Un mélange qui fonctionne. Du grand art et une personnalité à retenir.

——

Après une transition rapide de plateau, la tête d’affiche :Eric Mc Fadden,
grand métis aux dreadlocks cachant presque son visage, apparaît sur scène. L’air sérieux, peut-être un peu inquiété du succès de son prédécesseur, poussant les cables et pédales qui traînent à ses pieds, comme légèrement stréssé.
Un mot rapide au micro, et après quelques hésitations et exercices d’échauffement sur le manche de sa belle Epiphone noire, l’explosion peut commencer.
Ceux qui s’attendaient à une star capricieuse, vue son entrée et sa notoriété; ceux qui attendaient un blues jazz professionnel mais commun (quelle idée ? se serait-on trompé sur le nom ?) découvrent un artiste habité, au style et à la personnalité très marqués, et au talent immense…

…Voix caverneuse envoutante, (rappelant tour à tour Tom Waits ou Lenny Kravitz), jeux et dextérité époustouflants, (un Hendrix moderne ?), énergie montant crescendo… rarement le Théâtre aura offert un tel souffle rock’nroll (oui, vous avez bien lu !) sur sa scène.
Il est accompagné par un bassiste à l’instrument magnifique : une contrebasse solid body (corps plein), qu’il slappe avec précision et fougue, utilisant parfois un archer pour plus d’effets.
Le batteur, plus jeune, finit de poser la rythmique nécessaire avec force, mais dans un jeu aigu basique, sans fioritures.

Eric McFadden, originaire de la scène West coast des Etats unis, n’a pas le succès commercial qu’il mériterait, mais est pourtant très apprécié et connu dans les milieux indépendants spécialisés internationaux. Son côté hobo électrique a du en inspirer plus d’un, …Charlie Winston n’étant sûrement pas un des derniers.
Ses propres albums solos ou en groupe (une douzaine) ainsi que ses nombreuses participations avec des grands noms du blues Funk et du rock fusion le placent au firmament des artistes contemporains.

Le set qu’il aura pratiqué au Théâtre ne fait que le confirmer, avec un background et une générosité artistique charismatiques, développant des univers mozaïques
colorés mêlant Blues traditionnel (“Two graves..”), ballades torturées, classique espagnol, Funk, blues voodoo (“Mojo bag”, “Til the medecine takes”), Rock fusion (“Voodoo head”, “Rise and shine”)…
On peut d’ailleurs citer sans retenu la présentation qui en est faite sur le programme de la soirée tant il est juste : “Mc Fadden surfe sur les styles avec une facilité déconcertante. Son approche guitaristique est un subtil mélange de technique et d’émotions. Partant souvent de la base d’un blues traînant, avec un jeu de guitare un rien macabre/voodoo, les chansons explosent parfois en instrumental sur des chevauchées effrénées baignées de Stoner rock et Garage

Un rappel plus tard, qui finit de tout exploser, l’artiste se presse de rejoindre la table de vente de CD où il se prête au jeux des dédicaces avec plaisir sur son dernier album en date “Bluebird on fire“*.
…Encore un concert proposé par l’association Papillon bleu qui restera dans les
mémoires. On les en remercie de tout coeur.

…A déguster dés à présent, un souvenir Live (pirate) de la soirée :
part 1

Part 2


(*) Eric Mac Fadden est publié/distribué en France par le label parisien Bad réputation. Une compilation “Inside out” doit paraître ces jours, reprenant les meilleurs titres de l’artiste, plus quelques inédits.

Ecouter Eric McFadden sur ses deux Myspace :
http://www.myspace.com/ericmcfaddentrio

et www.myspace.com/ericmcfaddenmusic

Le site officiel : http://emac.doubledown-music.com